Accès espace client Veuillez entrez vos identifiants clients afin de consulter le suivi de vos projets.

Conseil 3D

L’oculus Quest, le casque VR autonome qui frappe fort 17 juin 2019

Oculus, la marque de Facebook, vient de frapper fort dans le monde des casques VR. Son Oculus Quest s’impose déjà comme un incontournable du marché, capable de séduire amateurs comme professionnels. Alors que Facebook ne communique pas sur le nombre exact de copies vendues, nous savons dorénavant que le Quest a réalisé 5 millions de dollars en ventes de contenu lors des 2 premières semaines de son lancement (applications et jeux).

Nous avons pu tester ce nouveau venu, est-il la meilleure solution VR du moment ?

Premier constat lorsque l’on se retrouve devant l’Oculus Quest, la finition est très soignée. Oculus a fait le choix de recouvrir son casque d’un tissu épais, agréable à la vue comme au toucher. L’ergonomie du casque est identique à celle d’Oculus Rift, le système de fixation pour la tête fonctionne bien et les matériaux choisis semblent robustes. Notons toutefois que le choix d’une fixation serre-tête en scratch risque de se détériorer avec le temps. 

Oculus Quest est le premier casque autonome d’Oculus offrant du “6 degrees of freedom (6DoF)”, soit la capacité de capter la position et l’orientation du casque (et des manettes) dans l’espace. Il n’a besoin ni de capteur externe ni de PC pour fonctionner, on ne s’emmêle pas dans les câbles. Il est livré avec des manettes Oculus Touch, dotées chacune de 5 boutons et 1 joystick, de quoi reproduire assez fidèlement la position et les actions des doigts des utilisateurs, pour, par exemple, les représenter par des mains virtuelles articulées. Ce casque est abordable (autour de 450 euros) et simple d’utilisation, la prise en main est immédiate et intuitive. On notera cependant un poids global assez élevé (571 g) ce qui rend l’utilisation pour des sessions longues plus inconfortables.

Techniquement parlant, le casque de Facebook permet de se déplacer librement dans un espace maximum de 5x5 m. Il dispose de 2 haut-parleurs intégrés avec un réglage du volume directement sur le casque, 2 prises pour casque audio sont aussi présentes. L’autonomie d’utilisation tourne autour de 3 heures, moins si on utilise des fonctionnalités comme le partage d’écran, notons qu’il est possible de l’utiliser branché sur secteur.

Avec une résolution d’affichage de 1440 x 1600 pixels par oeil, l’Oculus Quest égale certains casques haut de gamme pour PC tels que les modèles proposés par Samsung avec Odyssey ou HTC avec VIVE Pro. La technologie “Anti screen door effect” de Samsung permet toutefois de réduire d’avantage l’effet grille, encore un peu trop perceptible sur l’Oculus Quest. Du côté des performances, la puce Snapdragon 835 de l’oculus Quest ne peut évidemment pas égaler la puissance d’une carte graphique pour PC. Les jeux de l’Oculus Store subiront une absence d’ombres dynamiques, de réflexion temps réel, de post-processing, et une modélisation plus low-poly que sur les jeux VR pour PC, mais le niveau de réalisme qu’il est possible d’atteindre reste impressionnant et le rendu global du Quest reste remarquable.

En termes d’expérience d’utilisateur, le Quest est simple et facile à configurer et utiliser. Ce casque a été conçu pour démocratiser et rendre accessible la VR aux plus grand nombre et le pari est totalement réussi pour Oculus. La configuration commence en créant un compte sur l’application Android ou iOS d’Oculus. Le casque une fois mis sur la tête passe automatiquement en mode "pass through", ce qui permet de voir notre environnement extérieur à travers le casque grâce aux caméras, une grande nouveauté, même par rapport aux casques PC qui ne proposent pas cette fonctionnalité (abstraction faite du mode “lampe torche” des casques WMR, plus restrictif). A l’aide d’une manette, on délimite ensuite la zone de jeu, le “guardian”, en la dessinant au sol; là aussi, un grand progrès par rapport aux casques PC qui nécessitent encore d’installer des bases ou de délimiter cette zone en baladant le casque lui-même aux extrémités de la pièce. Nous sommes ensuite conduits vers l’Oculus Home d’où nous pouvons télécharger et lancer nos applications. Cette rapidité de configuration est à saluer, c’est un atout aussi bien pour les joueurs amateurs que pour des professionnels sensibles aux contraintes de temps, d’autant que le casque garde en mémoire les zones délimitées.

Le Quest est donc un casque complet qui peut compter sur de nombreux atouts :

  • Une ergonomie agréable et une bonne finition
  • Une expérience VR complète grâce à la liberté de mouvement
  • Une technologie optique de très bonne qualité
  • Une prise en main imbattable

L’Oculus Quest en plus de séduire les amateurs du genre pourra également séduire les professionnels avec :

  • Son prix attractif qui favorise un déploiement massif
  • Sa simplicité d'installation et d’utilisation, idéal pour un public néophyte
  • la liberté procurée par la non présence de cable

Chez CONSEIL 3D, nous sommes ravis de pouvoir découvrir ce nouveau casque et de développer des nouvelles applications qui exploitent son potentiel. Nos clients pourront désormais compter sur ce nouveau dispositif pour leurs solutions de formation, marketing et communication.