15 novembre 2019

L’Oculus Quest, le casque VR autonome qui frappe fort

Oculus la marque de Facebook a frappé fort dans le monde des casques VR en lançant récemment un casque totalement sans fil et mobile, l’Oculus Quest. Ce casque s’impose déjà comme un incontournable du marché, capable de séduire amateurs comme professionnels. Alors que Facebook ne communique pas sur le nombre exact de copies vendues, nous savons dorénavant que le Quest a réalisé 5 millions de dollars de vente de contenu dans les premiers jours de sa commercialisation.

Nous avons pu tester ce nouveau venu, est-il la meilleur solution VR du moment ?

Premier constat lorsque l’on se retrouve devant l’Oculus Quest, la finition est très soignée. Oculus a fait le choix de recouvrir son casque d’un tissu épais, agréable à la vue comme au toucher. L’ergonomie du casque est identique à celle d’Oculus Rift, le système de fixation pour la tête fonctionne bien et les matériaux choisis semblent robustes.

Oculus Quest n’a besoin ni de capteur externe ni de PC pour fonctionner, on ne s’emmêle pas dans les câbles. Il est livré avec des manettes Oculus Touch qui peuvent simuler les mains dans l’espace virtuel. Ce casque est abordable (moins de 500 euros) et simple d’utilisation. La prise en main est rapide est intuitive. Le poids de 571g ne se fait pas vraiment sentir, à voir si c’est toujours le cas lors de sessions de plusieurs heures. Techniquement parlant, le casque de Facebook permet de se déplacer librement dans un espace maximum de 5 m2. Il dispose de 2 hauts parleurs intégrés avec un réglage du volume directement sur le casque, 2 prises pour casque audio sont aussi présentes. L’autonomie d’utilisation est de 3 heures maximum, moins si on utilise des fonctionnalités comme le partage d’écran.  Notons qu’il est possible de l’utiliser brancher sur secteur.

Le Quest ne permet pas d’afficher autant de modèles 3D qu’un casque filaire, en effet, un casque autonome ne peut pas avoir la même puissance qu’un casque relié à un PC. Néanmoins pour 90% des usages la puissance du Quest sera suffisante. La qualité des écrans est très bonne, l’effet grille est certe plus prononcé que sur des modèles plus puissants, mais le rendu global du casque est très satisfaisant. La résolution est de 1440 x 1600 pixels par œil.

D’un point de vue expérience d’utilisateur, le Quest est simple et facile à configurer et utiliser. Ce casque a été conçu pour démocratiser et rendre accessible la VR au plus grand nombre et le pari est totalement réussi pour Oculus. En moins d’une minute vous avez configuré votre casque qui est prêt à l’emploi, cette rapidité d’utilisation est à saluer. Pouvoir rapidement changer sa zone d’utilisation est un atout pour les utilisateurs, d’autant que le casque garde en mémoire les zones précédemment délimitées.

Le Quest est donc un casque complet qui peut compter sur de nombreux atouts :

  • Une ergonomie agréable et une bonne finition,
  • Une expérience VR complète grâce à la liberté de mouvement,
  • Sa mobilité : il ne nécessite pas de PC pour fonctionner,
  • Technologie optique de très bonne qualité,
  • Une prise en main imbattable.

Le Quest est un choix pertinent pour un usage :

  • En formation : Pour mettre en situation l’apprenant dans des scénarios réalistes,
  • En marketing : Pour immerger ses clients dans son univers ou à travers son catalogue produit,
  • En conception : Pour expérimenter et valider le design de ses produits.

Pour finir l’Oculus Quest est un appareil évolutif, une mise à jour va être lancée début 2020 permettant au casque de reconnaitre directement les mains de l’utilisateur. Les usages seront encore plus poussés avec la possibilité de réaliser des gestes techniques précis et d’interagir avec les applications sans controller.

Si certains usages nécessitent une puissance supplémentaire, un câble, l’Oculus Link permettra de connecter le casque à un PC pour bénéficier de sa puissance de calcul, nous pensons notamment à l’affichage d’importants volumes de données 3D.