Accès espace client Veuillez entrez vos identifiants clients afin de consulter le suivi de vos projets.

Conseil 3D

[TEST] Conseil 3D met le Samsung HMD Odyssey au banc d’essai 04 janvier 2018

Le dernier trimestre 2017 a été marqué par l’arrivée sur le marché des casques de réalité virtuelle de l’écosystème Microsoft. Ils forment la deuxième branche de la stratégie de réalité mixte de l’éditeur de Windows, la première étant incarnée par le casque de réalité augmentée HoloLens.

De nombreux constructeurs ont suivi Microsoft dans l’aventure, dont Acer, Dell, Lenovo ou HP, mais le casque le plus impressionnant du lot est sans conteste celui de Samsung, dénommé « HMD Odyssey ». Il n’est malheureusement disponible qu’aux Etats-Unis à l’heure actuelle, mais nous nous en sommes procuré un exemplaire dans le cadre d’un projet et nous avons pu le tester de fond en comble.

Une finition hors pair

Nos impressions confirment le ressenti général : le Samsung HMD Odyssey est bien un cran au-dessus des autres casques Windows Mixed Reality, à la fois par ses fonctionnalités et sa qualité de fabrication. Le savoir-faire du Coréen est évident dès l’ouverture de la boîte : le produit donne tout une suite une impression de robustesse en plus de sa finition impeccable. Un soin tout particulier a été apporté à son ergonomie et cela se ressent lorsqu’on l’enfile.

Ecouteurs et micro intégrés

Il se démarque par ailleurs de la concurrence avec un micro et des écouteurs intégrés (de la prestigieuse marque AKG), ce qui évite d’avoir à multiplier les équipements et diminue le poids total (le casque pèse 645 grammes) pour l’utilisateur. Des efforts d’ergonomie ont aussi été fait du côté des contrôleurs, même si l’impact est moindre de ce côté. Ils sont légèrement plus agréables à prendre en main que les contrôleurs standards qui équipent tous les autres casques, mais n’atteignent pas le niveau de confort des Oculus Touch.

La meilleure qualité d’affichage du moment

L’excellence de Samsung se retrouve aussi dans les écrans du HMD Odyssey, qui utilisent la technologie OLED et se targuent d’une résolution de 1440 × 1600 (contre 1440 × 1440 en LCD pour la concurrence). La technologie OLED garantit une rémanence plus faible que les dalles LCD, et donc un meilleur confort visuel. Le champ de vision est de 110°, et donc supérieur à celui des autres casques Windows (équivalent à celui du HTC Vive et de l’Oculus Rift).

Supérieur au HTC Vive sur presque tous les plans

Justement, qu’en est-il de la comparaison face au Vive et au Rift ? Cela dépend des applications. Le casque Samsung, comme tous les casques partenaires Windows, a l’avantage non négligeable de ne pas nécessiter de capteurs externes pour fonctionner. Il suffit de le sortir de la boîte, de le brancher à un ordinateur sous Windows 10 (il nécessite un port HDMI 2.0 et un port USB 3.0), d’attendre que la mise à jour logicielle se fasse, et c’est parti. Cela le rend beaucoup plus simple à déployer et à transporter qu’un Vive. Il bénéficie de plus d'une résolution d'affichage beaucoup plus élevée (les Vive et Rift sont équipés d'écrans OLED de 1200 × 1080).

L’inconvénient vient des contrôleurs, et plus spécifiquement du tracking. Les contrôleurs sont trackés par les caméras présentes sur le devant du casque, ce qui signifie qu’il n’est pas possible de tracker un objet s’il sort trop du champ de vision de l’utilisateur. Tant que les contrôleurs restent dans ce champ de vision, le tracking est 100% fiable, ce qui veut dire que ce n’est pas un problème pour la majorité des applications industrielles. Cependant pour les rares cas d’usage qui font exception, ce peut être un point bloquant.

Conclusion : la nouvelle référence du secteur

Globalement, le Samsung HMD Odyssey est un excellent produit. Sa qualité visuelle et sonore, son ergonomie et son tracking « inside-out » (capteurs intégrés) font aujourd’hui de lui la référence en matière de casque de réalité virtuelle.