Accès espace client Veuillez entrez vos identifiants clients afin de consulter le suivi de vos projets.

Conseil 3D

L'Apple ARKit : à quoi sert-il ? 03 juillet 2017

Il y a plusieurs années, Apple a fait l’acquisition d’entreprises prometteuses dans le domaine de la réalité augmentée :

- PrimeSense, une entreprise israélienne fabricant des senseurs permettant notamment l’identification des gestes, en novembre 2013 ;

- Metaio, une entreprise allemande justement spécialisée dans la création de kit de développement pour la programmation d’applications de réalité augmentée, en mai 2015 ;

- SensoMotoric Instruments (SMI), une autre entreprise allemande spécialisée dans le suivi de l’œil, et rachetée il y a quelques jours.

A chaque fois, Apple s’était refusée à commenter ses acquisitions : mais la sortie il y a un mois de l’AR Kit, où l’expertise de Metaio a incontestablement joué un rôle, apporte enfin des éléments de réponses.

 

Mais avant de se lancer dans de merveilleux projets de réalité augmentée, l’AR Kit, c’est quoi ?

Pour les plus novices d’entre nous, l’AR Kit, c’est une boite à outils qui permet aux développeurs d’iOS de créer des applications de réalité augmentée.

On peut penser à l’application Pokemon Go, dont le succès a été retentissant l’été dernier, il y a presque un an jour pour jour. Elle était déjà disponible sur iOS. Alors qu’est-ce que l’AR Kit apporte finalement ?

 

 

Eh bien, la nouvelle trousse à outils d’Apple doit permettre de développer plus facilement ce genre d’application, grâce à des outils dédiés, mais aussi de façon bien plus réaliste et optimisée : pour garder l’exemple de Pokemon Go, Apple a dévoilé lors de la keynote de la WWDC 2017, la même application, améliorée par son nouveau kit. On remarque en particulier que la balle (pokeball) rebondit de façon bien plus réaliste sur le sol que dans les applications actuelles.

Le blogueur David Newman explique : « Superposer une image à une autre n’est pas très difficile, mais par contre, superposer des graphismes dans un espace en 3 dimensions, avec une profondeur de champ, et qui est lui aussi en mouvement, est extrêmement difficile. » L’ARKit facilite ce processus en permettant au développeur de créer et d’intégrer des modèles 3D à la réalité filmée par la caméra du terminal.

 

 

Une façon pour la firme à la Pomme de rappeler au reste des GAFAMS qu’elle est aussi dans la course. En effet, l’AR Kit fait penser au Projet Tango de Google, dont nous parlerons dans un article ultérieur.

Les deux solutions ne reposent pas sur la même technologie : en effet, Tango fait appel à une caméra de profondeur pour faire fonctionner la réalité augmentée, un peu à la façon des HoloLens de Microsoft. Apple, de son côté, est parvenu à développer un algorithme qui analyse directement le flux RGB de la caméra du terminal et réussit à spatialiser les modèles 3D dans l'environnement de l'utilisateur.

Mais la différence de poids est que la solution d’Apple a l’avantage de s’appliquer à tous les terminaux mis à jour avec l’iOS 11. En guise de comparaison, Google Tango a actuellement deux terminaux compatibles : le Lenovo Phab 2 pro et l’Asus Zenfone AR. Comme l’affirme le représentant d’Apple John Ternus lors de la keynote, les applications développée grâce à l’AR Kit pourraient toucher des centaines de millions de terminaux iOS… Ce qui ferait d’iOS « la plus grande plateforme de réalité augmentée du monde ».

Sur le marché de la réalité augmentée BtoB, nous ne pensons pas que l’AR kit fasse de l’ombre à la star du moment, Microsoft HoloLens. Les deux solutions sont très différentes et l’AR Kit ne rivalise pas à lui tout seul avec les nombreux atouts de HoloLens aux yeux des entreprises. Mais sur le marché grand public, nous pensons qu’Apple vient de jouer une carte maîtresse.