9 juillet 2019

Pourquoi les entreprises doivent-elles se mettre dès aujourd’hui à la réalité virtuelle et augmentée ?

Les expériences de réalité virtuelle (avec le HTC Vive) ou augmentée (avec Microsoft HoloLens) fleurissent depuis 3 ans, mais beaucoup d’entreprises hésitent encore à s’engager. C’est tout naturel. Ce sont des technologies relativement jeunes et encore peu appliquées à grande échelle.

Mais c’est justement pendant cette phase d’incubation qu’il faut s’y mettre ! Car une fois le marché « mur », ceux qui s’y seront engagés tôt auront pris une avance décisive sur leurs concurrents. C’est d’ailleurs paradoxalement à l’émergence des premiers grands succès qu’on attribue la maturité d’une technologie… mais ces succès ne se font pas sans un travail en amont.

L’industrialisation est nécessairement précédée de phases de R&D, de proofs of concept et d’un déploiement pilote. Depuis 2017, Conseil 3D observe une multiplication des POCs au sein de nombreux acteurs de l’industrie, de la logistique, de la distribution… Cela s’est intensifié en 2019 et les discussions se tournent désormais vers de vrais déploiements pilotes en production.

Microsoft propose désormais un écosytème complet avec une plateforme de réalité virtuelle, de réalité mixte (avec HoloLens 2) et des possibilités de connexion au Cloud Azure.  Oculus vient de lancer Oculus for Business et récemment le casque mobile très performant Oculus Quest.  Cette tendance va encore s’accélérer. 2020 sera l’année charnière durant laquelle les entreprises devront investir pour rester compétitives. Matériel et logiciel ont atteint un niveau de maturité suffisant pour permettre des usages professionnels pertinents.

La vague arrive, ce n’est pas en doute. La question est de savoir qui surfera dessus et qui se fera emporter.

La particularité des technologies de réalité virtuelle ou augmentée est qu’elles reposent sur des compétences communes même si leurs applications diffèrent. On préférera notamment l’utilisation de la VR pour la formation, car elle permet à l’apprenant de vraiment s’immerger dans la tâche qu’il effectue. La RA de son côté est parfaite pour le travail de terrain : guide visuel pour la manutention ou la production industrielle, maintenance assistée par un opérateur distant. Et ces deux technologies présentent des avantages cruciaux pour la visualisation 3D de manière générale, que ce soit dans le cadre d’une revue de conception ou d’une présentation client. Les métiers de l’ingénierie et de l’architecture seront profondément impactés par ces changements.