1 juin 2019

Avec Hololens 2, la réalité mixte est enfin prête au déploiement industriel

Il y a du nouveau dans le monde de la réalité mixte ! Après plusieurs années d’attente, Microsoft a enfin dévoilé son casque Hololens 2 à l’occasion du salon Mobile World Congress de Barcelone. Les premiers témoignages en direct du salon sont très positifs. Hololens 2 a été amélioré en tous points par rapport à la première version. Les améliorations peuvent être résumées en 4 points :

Un écran deux fois plus grand

La taille de l’écran était la principale critique faite à Hololens. Microsoft l’a entendu et a doublé sa taille. Dans les faits, le champ de vision est dorénavant de 52° avec un format 3:2. La qualité de l’affichage reste la même malgré cette taille doublée, avec une résolution de 2K par œil. Les écrans sont aussi plus lumineux qu’auparavant, permettant une utilisation même avec un fort éclairage.

Beaucoup plus confortable

Le confort du casque a été revu à la hausse. Le premier Hololens pesait un peu vers l’avant et n’était pas toujours très simple à enfiler. Le nouveau modèle se met sur la tête comme une casquette de baseball. Il suffit de serrer une molette à l’arrière pour qu’il tienne en place. Il est mieux équilibré car la batterie et le processeur sont à l’arrière, et son poids s’en fait donc moins ressentir. On peut de plus relever la visière vers le haut si besoin, sans avoir à l’enlever et le remettre sans cesse. Enfin, les mousses en contact avec la tête peuvent être lavées pour une meilleure hygiène.

Des interactions simples et naturelles

Fini les « clics en l’air », Hololens 2 intègre une reconnaissance totale des gestes. On peut désormais interagir directement avec les hologrammes, les attraper pour les déplacer, les redimensionner, mais aussi appuyer sur des boutons virtuels. La reconnaissance vocale est aussi bien meilleure et fonctionne même dans un environnement bruyant grâce à de nouveaux micros directionnels. Et un système d’eye-tracking permet de contrôler l’interface avec son regard, sans bouger la tête.

Le cloud en renfort

La puissance de calcul d’Hololens 2 est assurée par un processeur Snapdragon 850 de Qualcomm. Il remplace la puce Intel du premier modèle. Si le nouveau casque est évidemment plus puissant, il reste limité par rapport à un ordinateur. Pour s’affranchir de cette limite de performance, Microsoft compte sur le cloud. Un nouveau service « Remote Rendering » permettra d’après l’entreprise d’afficher des modèles 3D de 100 millions de polygones en streaming depuis le cloud.

Un autre service, « Azure Spatial Anchors », servira à partager des hologrammes entre plusieurs casques Hololens, ou même avec des smartphones et tablettes. Enfin, les applications 3D ne sont plus limitées au moteur Unity, elles pourront bientôt être développées avec l’Unreal Engine, qui permet une meilleure fidélité graphique. Hololens 2 sortira d’ici la fin de l’année au prix de 3500 dollars, ou 125 dollars par mois.